logo-sundaix

|Les Interviews du Sund'Aix

Marie Cazorla & Damien Cheret / Alegria Dance Company

photo by Guillaume Pannetier

Leurs stages sont régulièrement complets. Réputés pour leur générosité et leur pédagogie, Marie et Damien seront avec nous ainsi que leur team pour le Super Sund’Aix du 18 novembre, interview…

 

 

Bonjour Marie, bonjour Damien, est-ce que vous pouvez succinctement nous dire comment vous êtes arrivés à la danse et plus spécifiquement pourquoi avoir choisi le mambo ?

 

Marie : Je danse depuis l’âge de 5 ans (moderne jazz, contemporain, classique) puis j’ai eu une attirance pour les danses de couple et j’ai découvert la salsa dans un bar…C’est devenu rapidement une drogue ! Après avoir rencontré Damien, on a décidé de faire une vraie formation de salsa On2 à NY car nous étions tombés amoureux des shows de Yamulee Dance Company.

 

Damien : J’ai toujours été sensible à la musique salsa, je ne sais pas pourquoi. L’envie de danser a toujours été présente cependant les conditions n’étaient pas réunies jusqu’à mes 26 ans. Et là, ça été le début de la spirale, la passion. Le mambo On2 est apparu évident quand on a vu les shows de Yamulee.

 

Quelle influence a eu votre aventure New-Yorkaise dans votre parcours ?

 

Marie et Damien : New-York a changé nos vies. C’est une nouvelle expérience de formation et un« formatage » salsa On2 à la new-yorkaise. Toute l’année qui a suivi nous avons cherché à comprendre et mettre des mots sur la technique. Nous avons travaillé pour nous approprier cette danse en y ajoutant notre « patte ».

 

En tant que danseurs, quel regard portez-vous sur l’évolution des soirées depuis que vous avez commencé ?

 

Marie et Damien : Les soirées reflètent l’évolution des danses. Il y a 15 ans on dansait la Salsa, aujourd’hui c’est la Bachata, la Kizomba et la Salsa. Il y donc des amateurs de toutes ces danses qu’il faut contenter. Pas facile ! Mais on pense que c’est le processus normal de l’évolution des danses. C’est cette évolution qui permet à la danse de se diversifier et de s’enrichir. Il en faut pour tout le monde.

 

Avez-vous des modèles dans le milieu de la danse, des gens qui vous ont inspiré ?

 

Marie : Karel Flores est la première danseuse qui m’a inspirée et de manière générale je suis inspirée par les gens qui travaillent, qui cherchent et qui se remettent en question !

 

Damien : Beaucoup de danseurs m’ont inspiré et chacun pour des qualités différentes. Mais le style de Yamulee qui ne se résume pas à un seul danseur, a été le plus important.

 

Pourquoi avoir choisi de créer Matiagua en parallèle à d’Alegria Dance Company ?

 

Marie et Damien : Matiagua est née de l’envie de transmettre nos connaissances et nos expériences à des élèves très motivés.

 

Vous êtes connus pour être des spécialistes de la salsa On2, pourquoi avoir choisi ce style en particulier ?

 

Marie : Dur de l’expliquer, j’ai choisi ce style car c’est celui qui m’a permis de m’exprimer le plus et qui me plaisait le plus. L’energie corporelle, la sensibilité, esthétique de la danse, la féminité…

 

Damien : Parce que… 🙂

  

La gestion de vos cours, de votre compagnie, des formations professionnelles, des stages, tout cela vous demande énormément de temps. Prenez-vous encore du temps pour danser en social ? Est-ce important pour vous ?

 

Marie et Damien : On aime toujours autant le social et c’est important pour nous. La seule différence avec 13ans plus tôt est qu’aujourd’hui on passe déjà beaucoup d’heures par jour en studio pour les entrainements et les cours, et la soirée salsa n’est plus notre seul moment d’expression. On n’a donc plus besoin de sortir en soirée salsa tous les soirs comme avant ! Mais on adore toujours autant le social !

 
 

Est-ce que vous êtes chauds pour le Super Sund’Aix du 18 novembre ?
Marie et Damien : Toujours chauds, off course !
Facebookmail

Leave a Comment