logo-sundaix

|Les Interviews du Sund'Aix

Noël aka “Dj Mulato”

Un peu d’histoire…
A l’origine de la création du Sund’Aix Salsa Social,il y a la découverte de 2 célèbres “socials” new-yorkais : la Vieja Guardia et le Jimmy Anton Social. Les critères sont simples : une musique de qualité et des danseurs qui viennent “transpirer” sur le dancefloor les dimanches après-midi en toute simplicité. Depuis 2008 à Paris, chaque mois il y a une soirée à ne pas manquer : le Sal’Sound 70’s. Une soirée 100% vinyles avec une programmation musicale aux petits oignons dont le créateur Noël, a le secret.
Lors de chaque Super Sund’Aix, nous invitons des dj’s avec une identité claire et une passion sans limite pour la richesse de la salsa. Et le tout en vinyle s’il vous plaît !

 

Bonjour Noël, tu es connu parmi les salseros sous le nom Dj Mulato, est-ce que tu peux nous dire comment tu as commencé dans ce milieu ?

 

Noël : Au tout début j’étais plus qu’à fond dans le judo et un soir mon ami d’enfance ( le grand frère de Steve de STAR MAMBO VIDEO ) me dit « laisse ton art martial un peu et viens danser, nous allons prendre un cours de Salsa » depuis je n’ai plus lâché le parquet.
Penses-tu qu’il est important pour un Dj de savoir danser sa propre musique ?

 

Noël : C’est sujet à controverse cette question, mais pour moi si le Dj danse en plus de jouer cela peut-être un atout je pense.

 

Désormais tu es connu pour mixer spécifiquement en vinyles, pourquoi ?

 

 

Noël : J’ai commencé comme tout le monde je pense, avec quelques téléchargements. Puis un jour je découvre chez ma maman qui est antillaise, quelques perles en vinyles dont Les Frères Dejean avec le fameux track « L’artibonite ». L’amour pour les disque commence à ce moment précis. Maintenant pour répondre à ta question, jouer en vinyles vient de cet amour pour l’objet mythique, fouiner dans les bacs et mais surtout avoir ma propre patte si je puis dire.

 

Y a-t-il une période et/ou un style de salsa que tu affectionnes plus particulièrement, et pourquoi ?

 

Noël : J’aime tous les styles moins la Timba je dois l’avouer. D’ailleurs à SAL’SOUNDS 70’S qui est mon bébé, j’y joue tous les folklores qui constituent cette belle sauce. Ensuite pour la période j’aime les années 70, qui étaient vraiment l’émergence je pense et les années 80 car les studios d’enregistrement avaient beaucoup évolué.

 

Il y a toujours eu un débat stérile rempli d’amalgames en France sur une distinction floue mais néanmoins très souvent employée, entre la « cubaine » et la « porto ». En tant que Dj fais-tu une distinction particulière ?

 

Noël : Je dirais que ce débat comme tu le dis est stérile, c’est sûr. Cubaine vs Porto ne veut rien dire. En fait c’est juste un style de danse différent la ligne ou pas point. Après pour le coté musical qui nous intéresse beaucoup, en cubaine pour y être sorti beaucoup mais ça c’était avant LOL le style joué est la Timba 90% enfin presque mais il y’a des exceptions. A contrario en soirée Porto tous les thèmes y sont abordés « Son, Chacha, Son Montuno, Guaguanco, Latin Jazz, Boogaloo, Guajira, Romantica, Mambo, Classica, Charanga et j’en passe…Pour moi c’est la même sauce « la Salsa »

 

Quel regard portes-tu sur l’évolution des soirées salsa depuis que tu as commencé ?

 

Noël : Le regard de celui qui est passionné comme un enfant avec son premier déguisement. Quant à l’évolution elle y regroupera toujours autant de dingues de musiques et de danses. Beaucoup plus de personnes savent faire la différence entre un Son Montuno – Son et un Chacha par exemple, ce qui laisse penser que les les danseurs font beaucoup plus attention aux choix musicaux des djs, ce qui est encore plus jouissiffff.

 

Deux points de vue sont classiques sur le travail du DJ, certains considèrent que le dancefloor doit être plein le plus longtemps possible et qu’il faut par conséquent, plaire au plus grand nombre avec une programmation la plus variée possible (Romantica, Timba, salsa nueva, chacha, pachangua etc..). D’autres au contraire, pensent qu’un DJ doit avoir son univers musical et que c’est au danseur de s’adapter à ce que le DJ propose. Quel est ton point de vue ?

 

Noël : Je pense que chaque Dj doit avoir son univers musical afin de transporter son public là ou il veut les emmener et naturellement la magie doit opérer, maintenant quand j’étais simple danseur, ce qui est toujours le cas quand je ne joue pas, je me verrais mal aller voir le Dj qui essaie de transmettre son énergie et lui dire « s’il te plait tu ne voudrais pas changer là car c’est trop ceci ou cela » mais ce n’est que mon avis.

 

C’est quoi pour toi un « bon Dj » ?

 

Noël :Waouw!!! Alors pour moi jouer est un plaisir très intense mais aussi une vraie passion, celle de retranscrire la musique de tous ces Artistes qui ont passé des mois en studio de jour comme de nuit pour nous concocter de véritables joyaux. Un bon Dj je pense doit être passionné et aimer le partage, avoir des frissons quand la musique est bonne en option LOL. Il n’y a pas de recette miracle juste un peu de goût, d’humilité et le désir de faire kiffer sa piste.

 

Est-ce que t’es chaud pour le Super Sund’Aix du 18 novembre ?

 

Noël : Tout d’abord c’est pour moi un honneur de jouer à l’extérieur lol, c’est que ce que je fais n’est pas trop dégeu. Si je suis chaud, c’est rien de le dire, j’y viens en MODE KILLLLEERRRRRR. Alors que tout le monde soit bien préparé car les oreilles vont prendre des rafales d’ondes sonores a donner des frissons, ce que la musique me fait a moi aussi 😉

 

Une dernière chose à dire ?

 

Noël : Es el sonido que dicta la ley !
Facebookgoogle_plusmail

Leave a Comment